Le laboratoire art et époque est piloté par La Compagnie Théâtre Inutile et Miguel Benasayag.

Fiche de lecture – « La Méditerranée »

La Méditerranée
de Fernand Braudel

Introduction :

La Méditerranée est une rencontre constante du passé et du présent, pour démontrer  que les expériences et les réussites ne se comprennent que comprises dans leur ensemble. C’est à partir de ce qu’on voit aujourd’hui, qu’on peut juger d’hier.

« L’histoire n’est pas une autre chose qu’une constante interrogation des temps révolus au nom des problèmes et curiosités – et même des inquiétudes et des angoisses – du temps présent qui nous entoure et nous assiège. » Fernand Braudel

1.     La terre

Ce chapître traite de l’exploitation de la terre du bassin méditerranéen dans l’histoire. Ce territoire est passé de l’artisanat à l’agriculture massive. Les villes et les villages ont longtemps respectés leur environnement (la géographie, la géologie, le climat). Puis, seule la montagne a gardé ces méthodes, faute de pouvoir accueillir l’agriculture moderne. Mais, rapidement, elles ont aussi été abandonnées faute de profit. Un lien perdure entre la plaine et les montagnes par la transhumance.

2.     La mer

La Méditerranée a longtemps été considérée comme une frontière, un océan. Elle est aujourd’hui considérée comme un « lac ». C’est une mer peu abondante, mais avec une grande diversité d’espèces de poissons. Les pêcheurs peuvent difficilement en vivre et couplent avec le travail dans les champs. Des pêcheurs d’autres régions ont essayé de s’installer en Méditerranée et se sont retrouvés « perdus ». Les techniques et l’environnement sont trop différents. Ils sont alors partis ou ont changé de métier.

Très rapidement, cette mer est devenue un lieu d’enjeux économiques et religieux. Gagner les territoires de la mer est alors une obsession. Les enjeux techniques permettent de s’approprier la mer par l’évolution des bateaux qui peuvent désormais naviguer par toutes les saisons.

3.     L’aube

Le pourtour de la Méditerranée est berceau des grandes civilisations. Au IIème millénaire avt JC, on assiste au début de ce nous appellerons les relations internationales, tout s’échange.

Au XIIème s. avt JC, il y a rupture. La Méditerranée entre dans une période d’obscurité d’1/2 millénaire. C’est un temps de crise : les paysans sont chassés des campagnes par le manque de récolte, les palais sont brûlés par les populations affamées. C’est un retour au « plan zéro » de l’histoire. Malgré tout, émergent 2 révolutions :

–        Diffusion de la metallurgie du fer, qui était détenue et échangée uniquement par les Mycéniens

–        Apparition de l’écriture alphabétique

Ces révolutions étaient sous-jacentes, mais longues à émerger (3 à 4 siècles minimum), entre la civilisation mycéenne et le premier mouvement grec. Du XIème au IXème s. avt JC, La Phénicie est en expansion. Les Phéniciens sont en avance économiquement et les pratiques religieuses reculent. Le « capitalisme » émergent parallèlement chez les grecs, avec l’homme en accord avec l’extérieur.

4.     Rome

L’apogée de Rome débute lorsque la population se concentre dans les nécropoles, suite à l’expansion de l’agriculture.

C’est un point commun à toutes les civilisations : expansion des productions agricoles + croissance démographique + création d’habitations sédentaires

ð  Ce sont des phénomènes solidaires

On assiste à une transformation de pré-urbain  à proto-urbain, on évolue d’une uniformité vers une hétérogénéité économique et sociale dans les nécropoles .C’est l’apparition  des classes sociales.

Une nouvelle révolution apparaît au VIIème s. avt JC, avec l’introduction de l’écriture. De même, la cité est créée. Elle est le fruit d’un travail précis dans un cadre socio-économique. Est intégré avec la cité, un « no man’s land », qui est un lieu neutre de rencontres, de luttes ritualisées. Il est fixé d’un commun accord, entre 2 villages par exemple.

C’est aussi la création de la politique, avec des droits civiques plus étendus entre les patriciens et plébéiens et une assise sociale plus grande. Au IIIème s. avt JC, c’est la fin de la République, avant l’impérialisme.

Schéma de la fin de la République :

Augmentation du prolétariat dans les ville -> concentration des terres dans les mains d’un petit nombre et fondation sur une culture unique et l’esclavage.

5.     L’histoire

La Méditerranée, c’est 3 mondes, 3 univers :

–        Occident -> représente la Chrétienté – ex : Rome

–        Islam – ex : La Mecque

–        Orthodoxie – ex :?

Les civilisations sont des traits de très longue durée et sont accrochées solidement à leur espace géographique.

Lorsque la colonisation apparaît, c’est qu’une civilisation est mal structurée et qu’elle s’abandonne à l’intrus. L’économie a joué un rôle important, en Méditerranée. Elle était le centre du monde, mais celui-ci a été dérouté par les nordiques et s’est déplacé vers l’océan Atlantique. Ils ont alors récupéré le commerce des riverains et la Méditerranée n’est devenue qu’une route de l’Angleterre vers le Levant. Ace jour, elle est toujours spolliée.

6.     Espaces

La Méditerranée est un paysage où l’homme est absent. L’homme y est un paysan qui vit comme un citadin par la force des choses. Malgré les siècles passés, les délimitations des espaces restent les mêmes. Ce sont les mêmes schémas sont utilisés pour créer les cités et les maisons sont, de même, construites sur le schéma des cités.

La notion de propriété entre en jeu.

Ex :
Avoir sa maison = indépendance
Avoir son jardin = ne plus travailler pour un maître
Avoir un salaire = ne plus être dépendant en nature